Monseignor, il est l’or !

Press releases Comments (0)

En réponse au brusque ralentissement économique, les banques centrales ont réagi en ouvrant plus grand les vannes monétaires. Baisses de taux, rachats d’actifs en quantité quasi-illimitée, élargissement du panel de titres éligibles, l’économie aussi est placée sous respirateur artificiel.

Il s’agit de fournir des liquidités pour éviter un assèchement du crédit et permettre aux Etats de financer à bas coûts des déficits publics qui s’annoncent abyssaux.

Le remède est connu et administré depuis 2009, la création monétaire ne s’est jamais arrêtée, elle s’accélère à chaque crise. Seule monnaie de réserve à ne pouvoir être imprimer, l’or profite de cette dévaluation généralisée des monnaies papiers.

Le métal jaune cote autour de $1700 l’once, en hausse de 12% depuis le début de l’année et 33% depuis janvier 2019.

Une tendance qui ne devrait pas faiblir dans un contexte d’accroissement de l’endettement souverain et de taux d’intérêts réels qui devraient rester durablement négatifs.

Chronique parue dans le magazine Valeurs Actuelles – novembre 2019

» Press releases » Monseignor, il est l’or !
On 24 April 2020
By

Comments are closed.

«